« L’Alsace n’existe plus » Libres réflexions sur la démocratie en France

Couverture du livre L’Alsace n’existe plus de Pierre Kretz
Couverture du livre L’Alsace n’existe plus de Pierre Kretz

« L’Alsace n’existe plus » a dit François Hollande, interpellé par deux jeunes Alsaciens, suite à un conseil des ministres franco-allemand à Metz.

« Il faut bien donner l’illusion qu’il s’agit d’une vraie réforme », a reconnu de son côté avec candeur à propos de la loi sur la réforme territoriale, dont elle était l’initiatrice, Marlyse Lebranchu, sa ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique.

La désinvolture de tels propos dans la bouche des plus hauts responsables de l’État démontre que cette loi – qui a notamment marié de force l’Alsace à la Lorraine et à la Champagne-Ardenne – est une parfaite illustration des maux dont souffre la démocratie française : mépris du citoyen, bricolages législatifs, démission des partis, dénis démocratiques…

À partir de la réalité politique et sociale alsacienne et en se référant à quelques grands théoriciens de la démocratie (Montesquieu, Pierre Mendès France, Jürgen Habermas…), Pierre Kretz, qui n’est membre d’aucun parti, analyse ici en toute liberté les mécanismes du délabrement des processus démocratiques français.

Après Le Nouveau malaise alsacien, qui a connu un vif succès et a contribué à alimenter un débat dont les citoyens ont été privés, le présent ouvrage se propose d’approfondir la réflexion engagée, avec toute la clarté, l’humour et l’ironie propres à l’auteur.

Ancien avocat, Pierre Kretz n’en revient pas de voir le gouvernement de son pays nier à ce point l’État de droit. Romancier lu de part et d’autre du Rhin et auteur de l’Alsace pour les nuls, il ne pouvait imaginer que sa région soit un jour rayée de la carte sans la moindre consultation de la population. Il est consterné d’assister à la naissance d’une absurdité aussi flagrante que la région Grand Est.

Ich ben a beesi frau – Je suis une méchante femme

Couverture du livre Ich ben a beesi frau
Couverture du livre Ich ben a beesi frau – Je suis une méchante femme, de Pierre Kretz, illustré par Dan Steffan

Un émouvant portrait de femme délicatement rehaussé par les dessins de Dan Steffan.

Résumé

« Un livre bilingue, dont le personnage principal est, à côté de l’anti héroïne qui lui donne son titre, la mémoire elle-même.

La femme en question, dont les nuances du caractère et les états d’âme sont magnifiquement rehaussés par les dessins de Dan Steffan, ressasse, en effet, inlassablement son passé, en mâchant sa vie comme une herbe amère pour s’empoisonner avec le suc toxique de la rancoeur. » Albert Strickler.

Texte bilingue, Ich ben a beesi frau s’inscrit tout naturellement dans la collection d’Fladdermüs des Editions du Tourneciel. Celle-ci accueille des auteurs qui promeuvent la richesse de l’alsacien en illustrant sa grande variété. Mais par la volonté de son auteur de travailler en collaboration avec la plasticienne Dan Steffan, ce livre trouve aussi sa place dans la collection Le Miroir des échos qui associe plasticiens et écrivains ou poètes dont la rencontre se traduit prioritairement par la mise en résonance des oeuvres respectives.

Références

Parution: novembre 2015

Editeur : Les Editions du Tourneciel

ISBN: 979-10-95248-03-3

Livre broché : 72 pages

Prix: 15€

Revue de presse

Article du Journal l’Alsace du 17 mars 2016 signe Jean-Christophe Meyer

La langue perdue des Alsaciens

Visuel de couverture du livre La langue perdue des Alsaciens de Pierre Kretz
Livre  » La langue perdue des Alsaciens  » de Pierre Kretz, Editions La Nuée Bleue

Résumé

Dans cet essai  je m’interroge, le plus souvent avec humour,  sur la mort programmée de ma langue maternelle, le dialecte alsacien.

Extrait

Page 17 :  » Je suis d’ailleurs contre le port obligatoire du casque pour les conducteurs de Vélosolex. C’est cette obligation de port du casque pour les conducteurs de Vélosolex qui a rendu inéluctable leur disparition progressive. Et je ne sais pas bien pourquoi, mais cette disparition progressive du Vélosolex me rend terriblement mélancolique. On ne disait d’ailleurs pas  Vélosolex, mais solexl. Le rajouté à la fin du mot était un diminutif affectueux, car le solexl était très aimé des populations alsaciennes, surtout de  celles de la plaine. »

Références

Editeur : La Nuée bleue (1994)

ISBN: 978-2-7165-0323-5

Livre broché (Couverture avec rabats): 144 pages

Prix: 11€

Revue de presse

Dans la presse à propos du livre La langue perdue des Alsaciens

Le nouveau malaise alsacien

Visuel de couverture du livre Le nouveau malaise alsacien de Pierre Kretz
Livre  » Le nouveau malaise alsacien  » de Pierre Kretz, Le verger éditeur

Essai sur une réforme absurde

Résumé

« Le terme « démocratie » n’apparaît à aucun moment dans toutes ces discussions sur la réforme territoriale. Cette loi, tel un rouleau compresseur, ne laisse aucune place à ce genre de subtilités. »

Le rejet par de très nombreux Alsaciens de la réforme territoriale qui unit l’Alsace, la Lorraine et la Champagne-Ardenne est souvent taxé de « repli identitaire ». Pierre Kretz nous invite ici à dépasser cette accusation facile : non seulement la loi mais également la manière dont elle a été imposée relèvent d’un rejet de la démocratie, piétinent les conventions internationales et ignorent les réalités historiques et culturelles.

L’expression « malaise alsacien » a été utilisée en 1919 par la presse pour évoquer l’imbrication inextricable de questions linguistiques, scolaires, sociales et religieuses qui compliquait la réintégration de l’Alsace dans la République française dont elle avait été coupée pendant 47 ans.

Cent ans plus tard, un « nouveau malaise alsacien » est né de la loi du 25 novembre 2014 créant une région Alsace-Lorraine-ChampagneArdenne, rejetée par 96% des élus départementaux et régionaux. Une région tellement absurde que même les parlementaires socialistes alsaciens n’ont pas voté cette loi, pourtant proposée par un gouvernement issu de leur parti.

Aux accusations douteuses de passéisme et de repli, la colère de Pierre Kretz oppose réflexion, explication et analyse.

Ancien avocat, Pierre Kretz n’en revient pas de voir le gouvernement de son pays, se disant patrie des droits de l’homme, nier à ce point l’État de droit et les conventions internationales. Romancier lu de part et d’autre du Rhin et auteur de l’Alsace pour les nuls, il ne pouvait imaginer que sa région soit un jour rayée de la carte sans la moindre consultation de la population. Homme de gauche, il est consterné de voir un gouvernement se disant de gauche ignorer à ce point l’histoire et mépriser comme il le fait les aspirations profondes d’une grande majorité d’Alsaciens.

Références

Parution: 21 Avril 2015

Editeur : le Verger éditeur , Barr (Bas-Rhin)

ISBN: 978-2-84574-186-7

Livre broché : 128 pages

Prix: 10€

Revue de presse

Dans la presse au sujet de mon livre: Le nouveau malaise alsacien

Nouvelle publication : Le nouveau malaise alsacien

Mon dernier ouvrage « Le Nouveau malaise alsacien – Essai sur une réforme absurde » sorti en librairie le 21 avril 2015 semble répondre à un réelle demande du public. Le premier tirage était épuisé au bout de deux semaines !

Il est publié par les Editions Le Verger. Pour en savoir plus sur ce livre et les différentes manifestations auxquelles participe son auteur au cours des prochains mois, n’hésitez pas à vous promener sur son site ! www.pierre-kretz.fr

Page de présentation du roman : Le nouveau malaise alsacien

Dans la presse au sujet de mon livre: Le nouveau malaise alsacien

Ce livre me vaut d’être invité dans différents lieux du nord au sud de la région. Vous trouverez ci-dessous mon « programme de tournée ».

Le disparu de la route des vins

Visuel de couverture du livre Le disparu de la route des vins de Pierre Kretz
Livre  » Le disparu de la route des vins « , de Pierre Kretz, édition Le Verger

Résumé

Comme tous les soirs, Oscar Klunck, riche viticulteur de Rebendorf, part faire le tour des remparts du village. Mais cette fois, sa chienne rentre seule…

Le dossier est confié à Ronald Fuchs, juge d’instruction au tribunal de Colmar, qui se serait bien passé de cette affaire délicate et médiatisée.

Qui, à Rebendorf ou ailleurs, a pu enlever celui qu’on surnomme le roi du Riesling ? Sa jeune épouse ? Un de ses collaborateurs ? Un jaloux ? Un déséquilibré ?

Pierre Kretz campe ici une savoureuse galerie de personnages. Il croque avec finesse les petits et grands travers des tribunaux, les délices de la campagne alsacienne, son amour pour le dialecte, et l’omniprésence du passé douloureux de cette région.

Références

Parution: 17 Septembre 2013

Editeur : le Verger éditeur , Barr (Bas-Rhin)

ISBN: 978-2-84574-154-6

Livre broché : 187 pages

Prix: 10€

Der Seelenhüter

Visuel de couverture du livre Der Seelenhüter
Livre  » Der Seelenhüter  » de Pierre Kretz et Irène Kuhn

Pierre Kretz vermittelt die wechselvolle Geschichte des Elsaß in einem intensiven Monolog des «Hüters der Seelen» all der elsässischen Soldaten, die für Deutschland in Rußland gefallen und verschollen sind.

Hinter der Idylle die Wirklichkeit, dahinter die schmerzliche Vergangenheit: Das Elsaß ist mehr als nur Baeckaofe, Choucroute, Gewürztraminer…

»Der Seelenhüter«, Pierre Kretz’ anrührend-aufwühlender zeitgeschichtlicher Roman, vermittelt über die unglückselige elsässische »Dazwischen«-Geschichte, also über die wechselvolle Geschichte des Elsaß’ zwischen Frankreich und Deutschland mehr als all die vielen Erinnerungsschriften, Traktate und gelehrten Werke zusammen.

»Der Seelenhüter«: ein spannender
– und menschlicher Roman.

In einem intensiven, schier schonungslosen Monolog, aber doch nicht ohne Herz und Witz erzählt ein Mann, warum er sich so ganz aus der Welt und Wirklichkeit zurückgezogen hat. Mitten in seinem Dorf, »Heimsdorf«, das aussieht wie jedes andere elsässische Dorf auch, lebt er freiwillig im Keller seines Elternhauses. Er lebt gewissermaßen ein »Archivarsleben«, ist umgeben von ringsum auf Wäscheleinen geklammerten Dokumenten, Fotografien, vergilbten Papieren. Er ist zum »Hüter der Seelen« all der elsässischen Soldaten geworden, die (freiwillig? zwangsverpflichtet?) für Hitler und Deutschland in Rußland gefallen, verschollen sind – und er ist damit zugleich auch der »Hüter der Seelen«, der Fürsprecher der vielen elsässischen Frauen, die ohne Männer geblieben sind.

Der »Seelenhüter« versucht, sisyphusähnlich, in einer Psychoanalyse bei »Monsieur Jemand«, die Fäden einer zerrissenen Familiengeschichte wieder aufzunehmen und aufs neue miteinander zu verknüpfen. Er lässt die ihm Nahestehenden – die Eltern, die Verwandten, die alten Freunde – in seiner Erinnerung wieder präsent, wieder lebendig werden. Seine »Lebensbeichte« öffnet den Weg zur Linderung, zur klarsichtigeren Gelassenheit, vielleicht zur Aussöhnung – und damit zu einer Art »weltlicher Absolution«.

Ein paar Zeilen zur Probe:

»Die Leute von Heimsdorf machen sich Sorgen um mich. Ich habe es schon gesagt, ich habe immer großes Mitleid gespürt in den Blicken, mit denen sie mich, den kleinen Jungen bedachten, dessen Vater nicht aus Russland zurückgekehrt und dessen Mutter im Irrenhaus gestorben war. Den Entschluss, mich in Heimsdorf im Haus meiner Vorfahren  niederzulassen, hatte ich im gleichen Moment gefasst wie den, nicht mehr zu arbeiten und mich fortan ausschließlich meinen Forschungen zu widmen, Forschungen über den Zusammenhang zwischen unserem Familienroman und der Europäischen Geschichte des 20. Jahrhunderts.«

»Seit meiner frühesten Kindheit schäme ich mich, dieses Gefühl klebt mir an der Haut, und ich würde es gerne loswerden. Ich kann nichts dafür, dass mein Vater als deutscher Soldat in Russland gefallen ist – und er auch nicht –, das weiß ich wohl. Ich kann auch nichts dafür, dass meine Mutter in der Irrenanstalt in Rouffach gestorben ist. Aber es lässt mich einfach nicht los. Im Übrigen weiß ich, dass ich nicht wie die anderen bin.«

Lesen

Die Übersetzerin:

Irène Kuhn ist in Straßburg aufgewachsen ist in Straßburg aufgewachsen, studierte dort Germanistik, lebt heute in Avignon und München. Mitbegründerin eines Studiengangs »Literaturübersetzen« in Straßburg. Zuletzt hat sie für Klöpfer & Meyer Pierre Kretz’ »Ich, der kleine Katholik« übersetzt.

Stimmen zum Buch:

»Das Elsaß und seine leidvolle Geschichte: Noch nie hat ein Roman mit soviel Talent von den Gefühlen und der Würde der Elsässer erzählt. Zwischen Zärtlichkeit und Ironie bewegt sich Pierre Kretz auf unbeschreibliche Weise. Ein Kunstwerk!« Jacques Lindecker, L’ Alsace

»Ein sehr gelungenes, ein wahres Stück deutsch-französischer – und insbesondere elsässischer Zeitgeschichte!« Antoine Wicker, Dernières Nouvelles d’ Alsace

Das Buch in der Kritik:

»Dem elssäsischen Autor ist ein großer Wurf gelungen. Kretz erzählt angenehm unprätentiös, und mit teils ironischer Distanz spielt er mit Klischees. Oft gelingt es ihm, historische Sachverhalte und komplexe Entwicklungen in packenden Bildern oder in einem einzigen Satz zu bündeln. Das ist große Kunst.«  Badische Neueste Nachrichten

»Der Hüter der verschollenen Seelen: Dass man sich den Schilderungen nicht entziehen kann, liegt nicht nur an der gefühlvollen Herangehensweie durch den etwas schrägen Protagonisten, der eigentlich nur Vertrauen zu sich selbst und seinem Psychotherapeuten hat. Es liegt ganz sicher auch an der direkten Ansprache des Lesers, der miterlebt, wie die verfallene Scheune zusammenkracht und so nachspüren kann, warum ein Keller eine so bedeutende Rolle spielt.« Badisches Tagblatt

Références

Veröffentlichung: 2012

Editeur : Klöpfer&Meyer

ISBN: 978-3-86351-025-1

Buch : 208 seiten

Preise: 18.90€ [D] / 19.50€ [A] / 27.50 CHF [CH]

Revue de presse

Dans la presse à propos du livre der Seelenhüter

L’Alsace pour les nuls

 

Visuel de couverture du livre L'Alsace pour les nuls
Livre L’Alsace pour les nuls, collection  » Pour les Nuls », auteur Pierre Kretz, Editions First

Résumé

Vous êtes alsacien de coeur, d’origine ou d’adoption ? Vous pensez bien connaître cette région à l’identité forte, au cœur des turbulences de l’Histoire, ou vous voulez la découvrir ? Ce livre est fait pour vous !

D’où viennent les premiers Alsaciens ? Quelles sont les relations entre l’Allemagne et l’Alsace ? Les Triboques, ancêtres des Alsaciens, ont-ils effectivement inventé la bière ? Le Traité de Westphalie fut-il une folie ? D’où vient la chanson « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine » ? Que s’est-il passé le 25 août 1942 ?

De Strasbourg à Colmar en passant par Mulhouse, des Vosges aux vignobles alsaciens, partez en ballade dans la Plaine d’Alsace et le Kochersberg… Sans oublier la langue alsacienne, les traditions, la culture et la cuisine !

Loin des caricatures et des clichés, avec L’Alsace pour les Nuls, cette région n’aura (presque) plus de secrets pour vous !

Dans ce livre :

– L’histoire de l’Alsace des origines à nos jours

– L’identité alsacienne : langue, culture, patrimoine

– Les lieux incontournables

– Économie, religion, droit : l’Alsace au coeur de l’Europe

– Sans oublier la partie des Dix : les 10 dates de l’histoire de l’Alsace, les 10 spécialités culinaires, les 10 Alsaciens célèbres, …

Références

Parution: 10 novembre 2010

Editeur : First Editions

ISBN: 978-2-7540-1994-1

Livre broché : 480 pages

Prix: 22.90€

Revue de presse

Dans la presse à propos du livre l’Alsace pour les nuls

Le gardien des Ames

Visuel de couverture du livre Le gardien des âmes de Pierre Kretz
Livre  » Le gardien des âmes  » de Pierre Kretz, Editions La Nuée Bleue

Résumé

Voici le roman qui manquait à l’Alsace! Voici une œuvre littéraire qui en dit bien plus sur une histoire malmenée et sur une mémoire meurtrie que tant de livres de souvenirs ou d’érudition. Dans un long monologue sans complaisance, non dénué de tendresse et d’humour, un homme raconte pourquoi il s’est retiré du monde. Volontairement reclus dans la cave de sa maison familiale, au cœur d’un petit village alsacien semblable à tous les autres, entouré de photos et de documents, il s’est transformé en « gardien des âmes », celles des soldats disparus en Russlànd, des femmes restées seules, des anciens de la guerre d’Algérie. En cherchant à renouer, dans une impossible psychanalyse, les fils d’une histoire familiale déchirée par les violences de l’histoire, il fait revivre les figures de ses proches, parents et amis d’enfance. Sa confession, belle et envoûtante, ouvre les portes d’un apaisement, d’une sérénité lucide, d’une réconciliation.

Avec ce roman tendu comme un arc et émouvant comme un coucher de soleil, Pierre Kretz exprime la forte humanité qui avait séduit les nombreux lecteurs de Quand j’étais petit, j’étais catholique.

Extrait

Page 27 :  » Les gens de Heimsdorf se font du souci à mon sujet. Je l’ai dit, j’ai toujours senti beaucoup de compassion dans le regard qu’ils posaient sur le petit dont le père n’était pas rentré de Russland et dont la mère était morte à l’hôpital de fous. Leurs inquiétudes se sont renforcées le jour où j’ai manifesté mon désintérêt pour la réservation d’un terrain dans le lotissement de Heimsdorf en vue d’y construire ma vie comme tout le monde.  »

Références

Editeur : La Nuée bleue (19 février 2009)

ISBN: 978-2-7165-0745-5

Livre broché: 172 pages

Prix: 16€

Informations diverses

Olivier Chapelet, directeur des TAPS, Théâtres de la Ville de Strasbourg, a décidé de créer en mars 2011 une version théâtrale du roman » LE GARDIEN DES ÂMES » au Scala.

Le rôle du narrateur sera joué par Francis Freyburger dans une version française et dans une version dialectale.

Revue de presse

Dans la presse à propos du livre Le gardien des âmes

Revue de presse : Gardien des âmes version théatrale TV et presse

Dans la presse : Gardien des âmes version théâtrale par Christian Fruchart et Antoine Wicker

Article en relation

« LE GARDIEN DES ÂMES » en version scénique

Quand j’étais petit, j’étais catholique

Visuel de couverture du livre Quand j’étais petit, j’étais catholique
Livre  » Quand j’étais petit, j’étais catholique  » de Pierre Kretz, Edition Nuee Bleue

Résumé

Dans un petit village d’Alsace, au début des Trente Glorieuses, un jeune garçon fait ses premiers pas dans la foi catholique. La France est encore la « fille aînée de l’Eglise », et cette communauté rurale est tout entière bercée par les rites et les dogmes religieux. Sous la houlette du curé, qui a fort à faire pour éloigner ses ouailles des tentations modernes, le petit catholique voit mûrir, entre deux crises de culpabilité mystique, un sentiment de solitude inguérissable et une attirance vers le mystère divin.

Le jeune garçon pose sur le inonde des « grands » un regard candide et plein d’humour : le confessionnal, « placard à péchés» imprégné de l’odeur des pécheurs ; les scouts et leurs chansons qui ne parlent pas de Dieu ; les miracles de Padre Pio qu’il apprend au catéchisme ; les relations entre communautés religieuses ; et surtout l’étrange incohérence des adultes.

Poussé par le curé du village, le petit catholique se destine à la prêtrise. Mais il rencontre sur son chemin l’éclat tentateur du doute et des premiers fruits défendus… Au fil des pages, dans les yeux du garçon, la surprise laisse peu à peu place au malaise.

D’une tendresse acerbe, ce roman irrésistible – à la fois juste, drôle et touchant – redonne vie, pour notre bonheur, à cette époque révolue où la foi pouvait déplacer des montagnes.

Extrait

Page 7 :  » Dans l’église du village où vivait le petit catholique, le confessionnal était caché derrière l’autel. Les pécheurs de la paroisse qui allaient se confesser là s’éclipsaient donc doublement. Avant qu’ils ne s’engouffrent dans la cage minuscule, on les voyait disparaitre derrière l’autel, honteux, voûtés, écrasés par le lourd fardeau des péchés accumulés depuis leur dernière confession. »

Références

Editeur : La Nuée bleue (9 septembre 2005)

ISBN: 978-2-7165-0659-5

Livre broché: 168 pages

Prix: 17€

Informations diverses

« Quand j’étais petit, j’étais catholique » a été traduit en allemand par Irène KUHN en début 2010.

Il est publié par un éditeur de Tübingen, Kloepfer und Meyer.

Plus d’informations :Ich, der kleine Katholik

Revue de presse

Dans la presse à propos du livre Quand j’étais petit, j’étais catholique