Biographie

Je suis né en 1950 à Sélestat, en Alsace centrale. J’ai passé mon enfance dans un petit village catholique du vignoble. J’avais  tout  juste 18 ans en mai 68. J’ai suivi des études de droit, pour partie en Allemagne (Université de la Sarre) pour partie en France (Université de Strasbourg).

Pendant vingt cinq ans j’ai exercé la profession d’avocat à Strasbourg. On me rangeait, à juste titre, dans la catégorie des «avocats de gauche ». J’ai adoré ce métier. Je lui dois une bonne part de ce que je suis devenu. Mais il me semblait qu’à l’âge de cinquante ans j’en aurais fait le tour. De plus, j’ai de tout temps, parallèlement à mon métier principal, été engagé dans la vie théâtrale à travers l’écriture, la mise en scène, le jeu.

Alors, à la veille de mes cinquante ans, j’ai quitté le barreau et  j’ai organisé une grande fête avec mes amis, confrères, clients que j’ai appelée «  Je tombe la robe ! ».

Depuis l’an 2000 je vis dans une vallée vosgienne, à Sainte-Marie-aux-Mines, au pied du Taennchel, une montagne qui me fascine depuis l’enfance. C’est là que j’ai écrit mes deux premiers romans.

Je partage ma vie depuis trente ans avec mon épouse, Astrid RUFF, elle aussi engagée dans le domaine culturel, en particulier dans la chanson yiddish. Nous avons deux fils, Nathan et Léonard. Je suis également le père de Céline, née avant ma rencontre avec Astrid.

J’étais, je crois, un  avocat engagé , mais je ne suis pas un écrivain engagé. L’écriture est un engagement en soi. Elle se justifie par elle-même.

Mais je ne souhaite pas me cacher derrière ce statut pour contempler le monde tel qu’il va ou plutôt tel qu’il ne va pas. L’engagement dans l’écriture ne dispense pas l’écrivain de ses responsabilités citoyennes. Dans   « ma » vallée je suis engagé sur le plan associatif. Cet engagement compte beaucoup pour moi. Car autant je récuse le statut d’écrivain engagé, autant je ne peux pas concevoir l’acte d’écrire comme une activité coupée du monde et de la société.